Sélectionner une page

Le lundi 25 septembre dernier, je me suis rendue au Mums Enterprise Roadshow à Londres, un salon pour mamans souhaitant reprendre le travail de manière flexible : mampreneuses, mamans en recherche d’emploi à temps partiels, freelanceuses…

Je te raconte dans cet article ce que j’y ai vu et appris, ainsi que quelques réflexions sur l’entreprenariat et la maternité.

Le sous-titre du salon était : Flexible Work & Business Show for Mums on a Mission. Traduction absolument moche : Le Salon du Travail Flexible pour les Mamans en Mission. Le hashtag de l’événement était : #ShootForTheMoon. Visez la lune. Rien que ça.

Rien qu’à lire le titre, je me suis sentie investie d’une mission. Mission impossible de gérer boulot/enfants/sommeil/santé, ou mission pour révolutionner le monde et en faire un havre de paix où tout le monde il est épanoui grâce à une armée de mamans bienveillantes et organisées ? On ne sait pas trop. Dans le doute, je choisis les deux options en même temps.

Salon pour mampreneuses et mères souhaitant reprendre le travail

 

Comment j’ai découvert ce salon pour mampreneuses

Il y a quelques années, après la naissance de mon premier enfant, je passais fréquemment mes journées en pyjama à chercher le mode d’emploi de mon bébé sur internet. Facebook l’avait bien compris : je retrouvais quotidiennement, sur mon fil d’actualité, des pubs pour des programmes pour… avoir un ventre plat. Je n’avais pas le temps de le prendre mal, ceci dit, mon cerveau endormi était trop occupé à élaborer des stratagèmes, à coup de recherches google frénétiques, pour parvenir à faire dormir mon fils par tranches de plus de 20 minutes.

Aujourd’hui, mon nombril n’a toujours pas retrouvé sa forme d’origine (j’ai fait mon deuil, j’ai d’autres priorités), et Facebook semble avoir fait des progrès dans son ciblage de publicités. C’est ainsi que j’ai pris connaissance, grâce à une pub Facebook, du Mums Enterprise RoadShow à Londres (où je vis), non seulement gratuit, mais surtout conçu pour pouvoir s’y rendre avec son enfant.

Ça ressemble à quoi, un salon pour mampreneuses ?

Imagine : un salon pour parler business, start-up, marketing et plan de carrière, tout en courant après ton bambin pour ne pas le perdre. Un salon où personne ne te tiendra rigueur du vomi sur ton costard sous ton porte-bébé. Nan, je plaisante, personne n’avait de costard. A part quelques hommes présents, ici et là, derrière les stands…

Les stands étaient divisés en deux zones :

– une zone recherche de travail flexible (flexi-work & career zone), avec des entreprises à la recherche de nouvelles recrues (parce que oui, il y a des entreprises qui reconnaissent les compétences que la maternité peut développer), des franchises d’ateliers ou de vente (thermomix était là, je n’ai pas vu tupperware…), des formations (par exemple pour se former à des métiers du web afin de bosser de chez soi aux heures où on veut).

– une zone start-up, avec moults coachs de la confiance en soi, une banque, des réseaux de networking, des consultants en marketing, etc.

Evidemment, les entreprises présentes sur les stands n’étaient pas là pour faire de la charité, mais pour recruter et/ou vendre leurs services. Tu connais certainement l’adage : si c’est gratuit, c’est toi le produit.

Les salons, ce n’est pas mon fort. Je préfère le confort de mon ordinateur. J’ai néanmoins engagé la conversation avec quelques stands : ceux avec les ballons que me réclamait mon fils. Il y en a qui savent appâter le chaland.

Ballons gratuits dans un salon pour mamans de retour au travail

Big up à Digital Mums et sa floppée de ballons gratuits !

Conférence de webmarketing pour mampreneuses

J’ai également assisté à l’une des nombreuses conférences du salon, sur le webmarketing. Il y avait face à l’estrade un espace jeux avec des jouets en tout genre à mâchouiller. Mon fils y a trouvé son bonheur pendant au moins 2 minutes, tandis que j’écoutais la conférence par-dessus les divers pleurs et hurlements.

Conférence de webmarketing pour mampreneuses

La conférencière a insisté sur l’importance, pour faire grandir son business et trouver des clients, de raconter une histoire, son histoire.

Elle a dit un autre truc qui m’a bien plu : « briller, ce n’est pas crâner ». Bref, tout ce qu’on a envie d’entendre pour se sentir des reines du monde, mais des reines du monde sympas et altruistes (ça se saurait, si la course au profit était une valeur maternelle).

Bien sûr, elle a fait de la pub, à la fin de sa conférence, pour son livre à paraitre, intitulé The Invisible Revolution  (“the book every Mumpreneur should read”. Le Livre que toutes les Mampreneuses devraient lire. Rien que ça). La thèse de ce livre est que les mères qui inventent leurs nouvelles manières de travailler font la révolution, même si ça ne se voit pas. Révolution sociétale et/ou révolution personnelle… Bon, je n’ai pas tout compris, j’étais occupée à résoudre le conflit diplomatique d’un autre bébé ayant intercepté l’un des ballons de mon fils. Mais je me suis sentie brossée dans le sens du poil importante, et ça m’a fait plaisir au moral. Et la conférencière m’a donné envie de lire son livre, ce qui me fait penser qu’elle est douée en marketing. Son job, ça tombe bien. Je vais faire comme le veut l’époque, je vais commencer par lire son ebook gratuit.

The invisible revolution : les mamans en marche

Ai-je appris quelque chose à ce salon ?

Je suis restée moins de 2 heures, parce qu’il fallait que j’aille chercher mon grand au jardin d’enfants. Le niveau sonore commençait à monter dangereusement pour les nerfs de mon fils (et les miens), de toute façon. Au final, je n’ai pas appris grand chose, j’ai été confrontée à une vieille allergie au networking en face à face, mais je suis ressortie du salon avec un regain de motivation et d’inspiration pour mon activité.

Je suis juste super reconnaissante que ce genre d’évènements pour mamans existe. Je ne sais pas s’il y a des salons similaires en France, ou si ça va s’y développer. J’en doute un peu. J’ai l’impression que culturellement, ça ne passerait pas (peut-être que je me trompe, et ça fait longtemps que j’ai quitté la France… n’hésite pas à briser mes préjugés anti-patriotiques, si tu as connaissance d’évènements similaires pour mampreneuses en France.).

Parent-preneur : des papas aussi étaient là

Des papas aussi étaient là, surtout lorsqu’ils avaient des choses à vendre. Le mamprenariat n’est pas sexiste.

De fait, j’ai trouvé particulièrement agréable de me retrouver « entre semblables », un lieu où j’étais accueillie, acceptée et comprise dans toutes mes facettes, autant business que maternité… Où je n’ai pas une seule fois ressenti le besoin d’être différente de celle que je suis au quotidien.

Bon, soyons réalistes, tout de même, ça ne fonctionne pas toujours très bien, de discuter de sa stratégie de vente tout en répondant aux sollicitations de son enfant…

La reconnaissance sociale des mamans se résume parfois à des sourires attendris de mamies aux caisses des supermarchés. Perso, que je le veuille ou non sous mes airs détachés et spirituels, j’ai besoin de reconnaissance sociale, de me sentir utile au-delà du fait d’élever mes enfants dans l’amour et des couches changées à peu près régulièrement. Et je ne parle même pas d’argent, là, c’est encore un autre sujet. Des décennies de féminisme ont fait bougé les choses, et je me dis qu’on doit effectivement être en pleine révolution, invisible donc, dans laquelle les femmes peuvent s’accomplir dans tous les domaines sans avoir à se couper en cinq, faire des compromis sans rien délaisser (ni enfants, ni carrière). Il y a encore du boulot. Ce genre d’évènements, même si un peu en huit clos finalement, participe à normaliser la maternité dans le paysage du business, et la société en a encore certainement besoin. Les mères en ont besoin !

A lire aussi : Avoir honte de son projet (créatif, de blog, d’entreprenariat)

Mon article y participe aussi, j’espère !!! Hey, je suis on a mission, souviens-toi !

Conclusion

Pourquoi est-ce que je te raconte tout ça ?

Pour raconter une histoire ! C’est mon blog d’entrepreneuse, ici, je suis là pour raconter ma vie ! Je ne suis pas ressortie de ce salon avec uniquement des ballons qui donnaient des baffes à mon voisin de siège dans le métro du retour, deux stylos gratuits et un sac rempli de prospectus. Je suis aussi ressortie avec cette idée : faire du webmarketing, c’est raconter des histoires (dans le sens pipoter pour certains, dans le sens partager avec authenticité des bribes de son univers pour d’autres). Et ainsi gagner confiance et notoriété auprès de son audience…

Alors si après avoir lu cet article, tu te sens en confiance, rejoins donc ma newsletter 😉 Aie confiaaaaaaance. Je continuerai à te partager mon parcours de mampreneuse dans le webdesign. Qui sait quelle prochaine histoire je pourrais raconter bientôt… Si je le savais moi-même, ce ne serait pas drôle 🙂

A lire aussi : Comment et pourquoi je me suis lancée en indépendante sur le web 

Crédits photos pour tout l’article : Mums Enterprise Roadshow London 2017 – Photographs by Lionel Heap. Thanks 🙂